Le NomaSense CO2 P2000 offre un niveau de précision très satisfaisant

CONTRÔLER PRÉCISÉMENT LE CO2 DISSOUS

La cuverie d’assemblage du Groupe Vigneron Ardéchois, située à Ruoms, est un site entièrement dédié à la préparation des vins et à leur mise en bouteilles. Ici, les analyses de routine des lots avant conditionnement sont nombreuses et réalisées quotidiennement. « Nous nous sommes équipés d’un NomaSense CO2 P2000 afin de remplacer petit à petit l’appareil de laboratoire que nous utilisions, car il n’est plus produit et le service de maintenance de cet appareil risque un jour d’être stoppé », explique Sylvain Da Silva, techicien de Laboratoire du Groupe Vignerons Ardéchois. Pour chaque cuve, un suivi du CO2 dissous est réalisé à chaque étape depuis sa réception sur le chai jusqu’au conditionnement, afin que le vin ait in fine le niveau de CO2 dissous requis. «Nous réalisons ces analyses car certains de nos clients ont des exigences spécifiques, et faisons aussi un contrôle qualité en début, milieu et fin de mise en bouteilles, pour s’assurer de la conformité des lots. De plus, il nous fallait un appareil d’une bonne précision pour respecter les instructions des œnologues car le bon dosage est essentiel pour obtenir l’impact organoleptique recherché », précise Sylvain Da Silva.

OBTENIR LE BON NIVEAU DE CO2 POUR CHAQUE CUVÉE

« Sur l’ensemble de nos gammes, les teneurs en CO2 dissous peuvent varier de 700 à 1400 mg/L. Obtenir le bon niveau est très important pour la caractéristique de chacune des cuvées, car il impacte le profil sensoriel des vins », explique Yohan Paulet, responsable Qualité du Groupe Vignerons Ardéchois. En dessous d’une certaine teneur, les vins blancs et rosés peuvent manquer d’expression aromatique, de fraîcheur et de longueur en bouche. Tandis que des concentrations trop élevées de CO2 sur les vins rouges, peuvent les durcir, précise-t-il. Un ajustement précis est donc essentiel pour obtenir la bonne concentration de CO2 dans chaque cuve.

UNE UTILISATION POLYVALENTE EN LABORATOIRE ET EN CAVE

« Contrairement aux analyseurs qui restent sur la paillasse, il est possible de réaliser une mesure durant la manipulation, ce qui permet de piloter plus finement l’étape d’ajustement par exemple », explique Sylvain Da Silva. « De plus, l’analyseur prend en compte la température au moment de la mesure, ce qui est vraiment important dans nos conditions quotidiennes de travail, et très bien adapté aux conditions de la cave. Les vins sortent parfois d’une stabilisation au froid, ou subissent une simple variation de température liée aux saisons, ce qui peut avoir un impact non négligeable sur le résultat », précise-t-il.

« Une très bonne répétabilité

En recevant l’analyseur NomaSense CO2 P2000 au laboratoire, nous avons réalisé de nombreux comparatifs entre le NomaSense et l’appareil de paillasse qui nous avions déjà. La précision des résultas fournis par le NomaSense CO2 s’est avérée identique à celle de notre autre analyseur. Les écarts sont très faibles, à peine 50 mg/L et la répétabilité est excellente.De plus, le NomaSense CO2 P2000 prend en compte la température au moment de la mesure, ce qui est vraiement important dans nos conditions quotidiennes de travail, et très bien adapté aux conditions de la cave. Les vins sortent parfois d’une stabilisation au froid, ou subissent une simple variation de température liée aux saisons, ce qui peut avoir un impact non négligeable sur le résultat. De plus, l’échantillonnage est beaucoup plus aisé et représentatif car le volume d’échantillon est de 50mL, ce qui assure une meilleure représentativité de la valeur réelle en cuve. »

Sylvain Da Silva, technicien de Laboratoire du Groupe Vignerons Ardéchois

Partager cet article :